top of page

An III du Post-urbain

Les joies de l’autonomie et de ses communs
Autosubsistance et autogestion dans un monde post-urbain

Ploërdut (Kreiz Breizh), les 14, 15 et 16 juin 2024
en partenariat avec Régions & Peuples solidaires

Affiche.png

La sobriété est devenue un leitmotiv des autorités, surtout pour gagner en efficacité. Plans et programmes se succèdent à vitesse grand V du fait de pénuries annoncées. Il y a toutefois un monde entre d’une part accélérer dans la roue de l’économie verte et de la technique et, de l’autre, atteindre la décence écologique et humaine pour vivre mieux avec moins : rompre avec le productivisme et sa croissance prétendument infinie pour produire plus localement et plus solidairement ce dont nous avons vitalement besoin. Bref, reposer la question de notre subsistance, de nos propres dépendances, et ce par l’autonomie, dans les limites imposées par les milieux écologiques et le devenir responsable des communautés.


Pratiquement, pour faire face à cette société marchande promue depuis les grandes villes, celle de l’artificialisation de tout, il n’y a que dans les campagnes que nous pouvons dignement prétendre à cette autonomie, et ce par l’artisanat et la paysannerie, par toutes les alternatives et ruralités actives qui à ce jour s’y déploient. Raison pour laquelle les campagnes attirent, en France comme ailleurs. Dans le Centre Bretagne notamment. Mais ceci ne peut se faire sans remettre en cause certaines habitudes et sans lever quelques complexités reposant la question de ce qui nous unit, de ce qui fait communs, d’abord politiquement.

Après l’An I dans le Limousin en 2021 et l’An II dans les Cévennes, l’An III du post-urbain se déroulera dans le Kreiz Breizh les 14, 15 et 16 juin prochains et traitera des Joies de l’autonomie et de ses communs, avec notamment pour objectif de bâtir un Programme d’actions écologiques et sociales du post-urbain. Nous poursuivrons ainsi le travail engagé depuis trois années autour d’une géographie alternative, désurbanisée et réempaysannée, déconcentrée et poly-centralisée, démarchandisée et relocalisée… et décroissante, proposant une autre façon d’habiter, autonome et écologique.

 


Au menu, tables-rondes, conférences-débats et ateliers sur les devenirs économiques des campagnes, sur l’agriculture vivrière et le réempaysannement, l’habiter écologique et le droit à la vie locale dans les ruralités, l’autonomie énergétique et les mobilités, les biorégions post-urbaines et les cultures du vivant, les identités populaires et les autonomies politiques, la transmission des savoir-faire et les modes d’apprentissage… Le tout avec plus de 25 organisations, locales, régionales et nationales mais aussi des praticien·nes, des chercheur·e·s, des expérimentateurs, des citoyen·nes engagé·e·s...


Outre concert et autres festivités, une Place des possibles se tiendra le dimanche dans le centre bourg. L’objectif est de donner à voir très concrètement ce qu’il est possible de faire par soi-même, à moindre coût, parfois facilement, souvent de manière solidaire et toujours dans le respect du vivant. Ce temps de partage avec les habitants de Ploërdut, du centre Bretagne et l’ensemble des participants l’An III, s’appuiera sur la richesse du territoire rural, ses savoir-faire et son ingéniosité. Petits et grands, sensibilisés ou non, découvriront des possibles émancipateurs (savoirs oubliés ou tous neufs !) pour manger, se chauffer, se loger etc. à travers des démonstrations, des manipulations…


Et d’autres petites choses en préparation.

bottom of page