Les échanges en ateliers ont fait collectivement émerger 6 thématiques de réflexions prioritaires autour de la société écologique post-urbaine : rupture anthropologique, transformation écologique, question sociologique, installation périphérique, ressources et pratiques, et action politique. Sur cette base, et en vue de la programmation des Etats Généraux des 28 (soir) au 30 mai 2021, plusieurs chantiers collectifs se sont engagés, rassemblant chacun entre 4 et 10 organisations selon les sensibilités.

CONTENUS DES ENJEUX

CALENDRIER D'ORGANISATION DES ÉTATS GÉNÉRAUX

9 novembre 2020 

Réunion de lancement avec 23 organisations (soit 40 participant.e.s) : présentation de la démarche, échanges sur les objectifs, proposition d’organisation collective. Compte-rendu de la réunion ici.

16 décembre 2020 

 

Echanges et approfondissements en groupes de travail sur les 6 thématiques d’enjeux prioritaires identifiés lors de la réunion de lancement (cf. compte-rendu).

25 janvier 2021 

 

Programmation détaillée des Etats Généraux (28, 29 et 30 mai 2021) et lancement des différents chantiers de préparation.

Février 2021

 

Avancement des différents chantiers : croyances limitantes, vision agissante et imaginaires du désir du post-urbain ; plaidoyer/manifeste/serment pour une société écologique post-urbaine ; nouvelles ruralités et conditions écologiques de réalisation ; finitude, délitement, effondrements.

Mars 2021 

 

Atelier consacré aux croyances limitantes de la désurbanisation en partant des grands imaginaires de la densité et des modes de vies associés, ainsi qu'aux visions désirables d'une société écologique post-urbaine.

Avril 2021

 

Atelier consacré aux géographie alternative en partant des résistances et luttes contre le bétonnage, ainsi qu’une analyse critique de la géographie officielle et des catégories institutionnelles actuelles.

28 (soir), 29 et 30 mai 2021 

 

Etats Généraux de la société écologique du post-urbain.

Beautiful Nature

Renseigner le désamour croissant, voire la désillusion, vis-à-vis des grandes villes, rompant avec les représentations attribuant à la densité urbaine les conditions d’une vie sociale, politique et sensible épanouissante : le sentiment d’incapacité individuelle et collective, le stress induit par les rythmes de vie, la fragilité des conditions d’existence…

Forest Landscape

Apprécier les vecteurs de transformation écologique des formes de vie : descente énergétique et sortie de la seule abondance, autosuffisance des modes de vie et dérèglement des milieux agricoles… Nous nous intéressons à des imaginaires désirables et aux conditions du bien-vivre, ainsi qu’aux croyances qui limitent la capacité à nous projeter et créent une dépendance aux concentrations des grandes villes. 

City Crowds

Penser une société inclusive des populations les plus fragiles ou défavorisées, notamment du fait des effets environnementaux de la bétonisation, dans le respect de leurs cultures sociales et écologiques. Une attention particulière est aussi portée aux populations reléguées dans les espaces ruraux, pour des raisons à la fois économiques et sociocognitives.

Urban Farming

Evaluer les capacités d’implantation dans les espaces ruraux en termes de ressources locales et d’activités, mais aussi de clivages potentiels et de risques d’artificialisation, avec une attention particulière aux cultures et à l’accueil de nouveau arrivants, comme à une attention de la coopération présente dans les réseaux de l’alternative, dans les milieux paysans…

At Work on the Farm

Préfigurer l’accès aux ressources, particulièrement foncières, et le renouvellement des pratiques favorisant le partage et la protection des ressources du vivant. Il s’agit d’interroger les possibilités en termes de formes de propriété collective, d’accompagnement ou d’aide des néo-paysans, de revalorisation des savoir-faire locaux et d’expérimentation de pratiques écologiques

Weeding

Penser les formes collectives et les contours spatiaux d’une société écologique du post-urbain à la fois sur le plan des manières d’habiter, des formes coopératives d’activités et de production locale, des modes d’organisation autogérées ou municipalistes, de la mise en réseau territoriale ou du confédéralisme…